Viscosupplementation

Qu’est-ce que la viscosupplémentation ?

La viscosupplémentation est l’injection d’acide hyaluronique dans une articulation présentant des anomalies du cartilage (chondropathie, arthrose) à l’origine de douleurs, de limitation de l’activité physique et des mobilités articulaires.

L’acide hyaluronique augmente la viscosité et l’élasticité du liquide synovial et joue un rôle de lubrifiant articulaire. Le but des viscosupplémentations est donc d’éviter ou de retarder la chirurgie et la mise en place d’une prothèse.

La viscosupplémentation peut être réalisée au niveau du genou, de la hanche, de l’épaule, de la cheville, du coude, du poignet et du pouce (rhizarthrose).

Comment se déroule une viscosupplémentation ?

Vous serez installé sur une table de radio ou en échographie et désinfecté de façon stricte au niveau du point d’injection. L’ensemble du geste est réalisé dans de strictes conditions d’asepsie.

Sous contrôle radiographique, le radiologue s’assure que l’aiguille est bien située dans l’articulation grâce à l’injection de quelques millilitres de produit de contraste.  Si l’articulation est siège d’un épanchement, celui-ci sera évacué pour vous soulager et augmenter les chances d’être efficace. Ensuite, le médecin radiologue injecte alors l’acide hyaluronique dans l’articulation pathologique.

Effectuer la viscosupplémentation avec un radiologue et sous contrôle radiographique est le seul moyen d’être sûr à 100% que l’aiguille est bien située dans l’articulation et donc qu’elle soit le plus efficace possible.

L’examen dure 15 minutes environ.

Les douleurs peuvent augmenter transitoirement 48h après l’injection. Si c’est le cas, vous pouvez glacer l’articulation et prendre du Paracétamol.
Nous conseillons aussi un repos relatif durant les 48h après chaque viscosupplémentation.

Il est parfois recommandé, notamment pour le genou, de réitérer l’examen pour un total de 3 injections à une semaine chacune d’intervalle.

Le bénéfice n’est souvent pas immédiat mais constaté après quelques semaines. Il est possible de réitérer la viscosupplémentation chaque année selon le bénéfice observé.

Comment se déroule l’injection de PRP ?

La 1ère étape de l’examen est la réalisation par le manipulateur d’une prise de sang classique telle que vous la connaissez avec prélèvement d’un tube par voie veineuse périphérique.

Ce prélèvement sanguin est ensuite passé durant 5 minutes dans une machine pour une centrifugation qui va consister à isoler et concentrer les plaquettes.

Dans notre structure, nous ajoutons systématiquement au PRP de l’acide hyaluronique, comme dans la viscosupplémentation, pour augmenter les chances d’efficacité de l’injection réalisée. L’adjonction d’acide hyaluronique au PRP permet un effet plus rapide que l’injection de PRP seule.

Le médecin radiologue va ensuite vous injecter le PRP au sein de l’articulation touchée sous contrôle radiographique. Le radiologue va d’abord injecter quelques millilitres de produit de contraste dans l’articulation pour s’assurer du bon positionnement de l’aiguille.

Réaliser l’injection avec un radiologue et sous contrôle radiographique est le seul moyen d’être assuré que l’injection ait bel et bien lieu dans l’articulation.

La procédure totale dure environ 25 minutes.

Les douleurs peuvent augmenter transitoirement 48h après l’injection.
Si c’est le cas, vous pouvez glacer l’articulation et prendre uniquement du Paracétamol. Nous conseillons aussi un repos relatif durant les 48h après l’injection de PRP.

Les AINS sont impérativement contre indiqués une semaine avant et surtout 3 semaines après l’injection de PRP car ils diminuent son efficacité.

Il est conseillé, pour une efficacité optimale, pour le genou notamment de réitérer l’injection 2 mois et 6 mois après la 1ère.

Quelle est la prise en charge de l’examen ?

L’injection de l’acide hyaluronique au sein de notre cabinet par le médecin radiologue est prise en charge par la sécurité sociale. Par contre, l’achat du produit en lui-même n’est pas remboursé. Le coût moyen constaté est de 50 à 130 euros. Il peut cependant l’être par votre mutuelle, selon la mutuelle et le contrat souscrit.

Injection de plasma riche en plaquettes (PRP)

Qu’est-ce que le Plasma Riche en Plaquettes (PRP) ?

L’injection de Plasma Riche en Plaquettes consiste à injecter dans votre tendon ou votre aponévrose une fraction de votre propre sang modifié.
Les plaquettes favorisent la réparation et la cicatrisation des fibres tendineuses ou musculaires lésées en libérant de nombreux facteurs de croissance.

Ce traitement est utilisé depuis de nombreuses années, notamment chez les sportifs de haut niveau. Il est notamment autorisé par l’Agence Mondiale Antidopage depuis 2001. Il s’agit de l’injection de sang autologue, c’est à dire votre propre sang. Ainsi, il n’y a aucun risque de contamination.

Injection PRP en pathologie tendineuse ou musculaire (sous echographie)

Il est possible d’avoir recours à l’injection de PRP dans les tendinopathies du coude (épicondylites), du genou (tendinopathie du tendon rotulien), de l’épaule (coiffe des rotateurs), de la hanche (tendinopathie fessière), du tendon d’Achille et les blessures musculaires à répétition.
L’injection de PRP est notamment particulièrement efficace en cas de fissure tendineuse mise en évidence au préalable par l’échographie ou l’IRM.
Elle est efficace et proposée si le traitement médical bien conduit (repos, immobilisation avec attelles, anti-inflammatoires, kinésithérapie) s’avère insuffisant.

Comment se déroule l’injection de PRP ?

La 1ère étape de l’examen est la réalisation par le manipulateur d’une prise de sang classique telle que vous la connaissez avec prélèvement d’un tube par voie veineuse périphérique.
Ce prélèvement sanguin est ensuite passé durant 5 minutes dans une machine pour une centrifugation qui va consister à isoler et concentrer les plaquettes.
Ensuite, le médecin radiologue va injecter au sein du tendon, de l’aponévrose ou du muscle pathologique le PRP dans de strictes conditions d’asepsie après désinfection cutanée.
Réaliser l’examen sous contrôle échographique est le meilleur moyen d’être efficace étant donné que le radiologue injecte le PRP uniquement quand l’aiguille, vue en temps réel, se situe dans la zone pathologique.
La procédure totale dure environ 25 minutes.

L’injection de PRP en échographie est souvent douloureuse et nous vous conseillons de venir accompagné.

Les douleurs peuvent augmenter transitoirement 48h après l’injection.
Si c’est le cas, vous pouvez glacer la zone douloureuse et prendre uniquement du Paracétamol.
Nous conseillons aussi un repos relatif durant les 48h après l’injection de PRP.

Les AINS sont impérativement contre indiqués une semaine avant et surtout 3 semaines après l’injection de PRP car ils diminuent son efficacité.
La kinésithérapie peut être reprise 1 semaine après l’injection de PRP.
Un contrôle échographique est souvent indiqué 4 à 6 semaines après l’injection de PRP pour vérifier la cicatrisation.

L’efficacité de l’injection de PRP peut ne survenir qu’après quelques semaines.

Injection de PRP articulaire

Au niveau des articulations, l’injection de PRP peut être proposée d’emblée en première ligne ou en cas d’échec ou d’efficacité incomplète des viscosupplémentations.

Selon les études, l’injection de PRP permet un bénéfice plus rapide, plus important et plus prolongé que la viscosupplémentation seule sur les douleurs ressenties, les mobilités de l’articulation atteinte et la qualité de vie.

IMAO vous propose l’adjonction d’acide hyaluronique (comme dans les viscosupplémentations) en plus du PRP pour cumuler les bénéfices potentiels des deux produits dans l’articulation (PRP + AH)

Comment se déroule l’injection de PRP ?

La 1ère étape de l’examen est la réalisation par le manipulateur d’une prise de sang classique telle que vous la connaissez avec prélèvement d’un tube par voie veineuse périphérique.

Ce prélèvement sanguin est ensuite passé durant 5 minutes dans une machine pour une centrifugation qui va consister à isoler et concentrer les plaquettes.

Dans notre structure, nous ajoutons systématiquement au PRP de l’acide hyaluronique, comme dans la viscosupplémentation, pour augmenter les chances d’efficacité de l’injection réalisée. L’adjonction d’acide hyaluronique au PRP permet un effet plus rapide que l’injection de PRP seule.

Le médecin radiologue va ensuite vous injecter le PRP au sein de l’articulation touchée sous contrôle radiographique. Le radiologue va d’abord injecter quelques millilitres de produit de contraste dans l’articulation pour s’assurer du bon positionnement de l’aiguille.

Réaliser l’injection avec un radiologue et sous contrôle radiographique est le seul moyen d’être assuré que l’injection ait bel et bien lieu dans l’articulation.

La procédure totale dure environ 25 minutes.

Les douleurs peuvent augmenter transitoirement 48h après l’injection.
Si c’est le cas, vous pouvez glacer l’articulation et prendre uniquement du Paracétamol.
Nous conseillons aussi un repos relatif durant les 48h après l’injection de PRP.

Les AINS sont impérativement contre indiqués une semaine avant et surtout 3 semaines après l’injection de PRP car ils diminuent son efficacité.

Il est conseillé, pour une efficacité optimale, pour le genou notamment de réitérer l’injection 2 mois et 6 mois après la 1ère

Quelle est la prise en charge de l’examen de l’injection de PRP ?

L’injection de PRP n’est malheureusement pas prise en charge par la Sécurité Sociale.
Une facture vous est remise par IMAO pour faire parvenir à votre mutuelle qui pourra prendre en charge l’acte totalement, partiellement ou malheureusement pas du tout selon votre mutuelle et le type de contrat souscrit.
Vous pouvez vous rapprocher de nos secrétariats pour plus de renseignements

16
médecins
radiologues

60
collaborateurs

8
centres