Radiologie Standard

Le principe

C’est l’étude d’un membre ou d’un organe du corps par l’utilisation de rayons X à faible dose : un faisceau sera émis sur cette partie du corps concernée. La radiographie permet d’examiner les parties osseuses comme les genoux, le bassin et les tissus mous comme les poumons.

Nos appareils sont soumis à des contrôles qualités internes et externes réguliers qui permettent de réduire les doses de rayons X utilisées.

La dose délivrée est mesurée et reportée sur votre compte rendu d’examen.

Pour ce genre d’examen, il n’y a pas de préparation particulière.

Contre indications

En cas de grossesse, la radiographie est contre indiquée : il est très important de signaler aux secrétaires à l’accueil et aux manipulateurs si vous êtes enceinte ou pensez l’être.

Déroulement de l’examen

Après vos démarches d’enregistrement à l’accueil, la manipulatrice viendra vous chercher en salle d’attente, prendra votre ordonnance, vous installera dans la salle. Elle vous questionnera sur vos antécédents médicaux et les indications de l’examen.

En fonction de la partie du corps à examiner, elle vous demandera de retirer vos vêtements et d’éventuels bijoux, prothèses, piercing etc… Vous devrez suivre ses indications comme ne pas bouger, ne pas respirer…

Les échanges avec la manipulatrice et les indications fournies par votre médecin permettront de réaliser les clichés appropriés.

Selon la partie du corps étudiée, l’examen qui est indolore durera entre 5 et 15 minutes.

Si vous le souhaitez, le médecin viendra vous commenter les résultats de votre examen.

Ensuite il interprétera les images de votre examen de manière plus détaillée par écrit.

Après la réalisation de l’examen, la manipulatrice vous invitera à passer par l’accueil pour finaliser votre dossier : la secrétaire vous demandera si vous souhaitez patienter ou re passer plus tard afin de récupérer vos résultats (le compte rendu et les images).

Arthrographie
sous radiologie standard

Le principe

L’arthrographie est un examen d’imagerie qui consiste à injecter un produit de contraste iodé dans une articulation (poignet, genou, hanche …).

Une fois l’injection terminée, des clichés radiographiques ainsi que très souvent un scanner (arthroscanner) sont réalisés pour étudier le contenu de l’articulation.

Avant l’examen

Vous devez apporter l’ordonnance de votre médecin, ainsi que les produits prescrits par le médecin radiologue lors de la prise de votre rendez-vous.

Pour ce genre d’examen, il n’y a pas de préparation particulière.

Il est indispensable que vous fassiez part à la secrétaire ou à la manipulatrice de vos antécédents médicaux (traitements en cours, opérations, allergies…). En cas de grossesse il est important de le signaler également.

Déroulement de l’examen

La manipulatrice vous accueillera en salle de radiologie, vous expliquera le déroulement de l’examen.

Elle vous installera sur la table de radiologie, en position allongée de préférence.

La phase de désinfection sera réalisée sur l’articulation concernée.

Le médecin radiologue commencera par réaliser une première piqûre avec l’anesthésiant local (Xylocaïne). Après quelques minutes, le temps que le produit fasse effet, le médecin injectera le produit de contraste iodé, posera un pansement stérile sur la zone injectée.

Des clichés radiographiques seront réalisés et, dans le cadre d’un arthroscanner, vous serez dirigé vers le scanner dans les minutes qui suivent l’injection.

Conduite à tenir et surveillance

Il vous est conseillé d’éviter tout mouvement brusque de votre articulation concernée dans les heures qui suivent l’examen.

Nous prenons toutes les précautions d’usage mais, comme pour toute intervention invasive, il existe un très faible risque d’infection. Dans les jours qui suivent, des douleurs, un gonflement de l’articulation ou de la fièvre doivent vous alerter. Nous vous conseillons de prendre contact avec notre cabinet pour vous rassurer et vous faire prescrire un traitement.

Infiltrations
sous radiologie standard

Le principe

Elle a pour but d’injecter un produit d’action locale (majorité des cas des corticoïdes) pour diminuer les douleurs.

Le guidage peut se faire soit sous échographie soit sous radiographie. Le guidage permet d’être certain de la position optimale d’injection avant d’injecter le produit.

Avant l’examen

Vous devez apporter l’ordonnance de votre médecin, ainsi que les produits prescrits par le médecin radiologue lors de la prise de votre rendez-vous.

Pour ce genre d’examen, il n’y a pas de préparation particulière. Il est indispensable d’informer la secrétaire lors de la prise de votre rendez-vous, si vous prenez un traitement d’anti coagulant.

Il est indispensable que vous fassiez part à la secrétaire ou la manipulatrice de vos antécédents médicaux (traitements en cours, opérations , allergies…). En cas de grossesse il est important de le signaler également.

Le médecin prend connaissance de votre dossier médical (anciens examens de radiologie, lettre de votre médecin prescripteur, compte rendu opératoire).

Il peut être amené à vous poser des questions complémentaires, et si vous le souhaitez, vous expliquer le déroulement de l’examen.

Déroulement de l’examen

La manipulatrice vous accueillera en salle de radiologie, vous expliquera le déroulement de l’examen.

Elle vous installera sur la table de radiologie, en position allongée de préférence.

La phase de désinfection sera réalisée sur partie du corps concernée.

Le médecin radiologue commencera par réaliser une première piqûre avec l’anesthésiant local. Après quelques minutes, le temps que le produit fasse effet, le médecin procédera à l’infiltration qui peut durer de quelques secondes à quelques minutes ( selon la zone concernée).

Après la réalisation de l’examen, la manipulatrice vous invitera à passer par l’accueil pour finaliser votre dossier : la secrétaire vous demandera si vous souhaitez patienter ou re passer plus tard afin de récupérer vos résultats ( le compte rendu et les images).

Conduite à tenir et surveillance

Il vous est conseillé de laisser au repos la partie du corps infiltrée pendant 48 heures qui suivent l’examen.

Nous prenons toutes les mesures possibles mais il existe un très faible risque d’infection. Dans les jours qui suivent, des douleurs, un gonflement de l’articulation, de la zone infiltrée ou de la fièvre doivent vous alerter. Il faut nous appeler sans délai pour vous rassurer et vous faire prescrire un traitement.

Cystographie retrograde
sous radiologie standard

Le principe

Elle a pour but d’injecter un produit d’action locale (majorité des cas des corticoïdes) pour diminuer les douleurs.

Le guidage peut se faire soit sous échographie soit sous radiographie. Le guidage permet d’être certain de la position optimale d’injection avant d’injecter le produit.

Avant l’examen

Vous devez apporter l’ordonnance de votre médecin, ainsi que les produits prescrits par le médecin radiologue lors de la prise de votre rendez-vous et les résultats de votre ECBU (prescrit par le radiologue).

Pour ce genre d’examen, il n’y a pas de préparation particulière sauf en cas d’allergie

Il est indispensable que vous fassiez part à la secrétaire ou la manipulatrice de vos antécédents médicaux (traitements en cours, allergies…).

En cas de grossesse il est important de le signaler : cet examen est absolument contre indiqué.

Déroulement de l’examen

La manipulatrice vous accueillera en salle de radiologie, vous expliquera le déroulement de l’examen.

Elle vous installera sur la table de radiologie, en position allongée.

Le radiologue procédera à une désinfection de la vulve et introduira une « petite » sonde urinaire. L’injection du produit commence lentement pour remplir la vessie : tout au long de cette injection, la manipulatrice réalisera les clichés radiographiques.

Après la réalisation de l’examen, la manipulatrice vous invitera à passer par l’accueil pour finaliser votre dossier : la secrétaire vous demandera si vous souhaitez patienter ou re passer plus tard afin de récupérer vos résultats (le compte rendu et les images).

Conduite à tenir et surveillance

Il est très rare de rencontrer des risques liés à l’injection du produit de contraste ou d’infection urinaire.

Hysterosalpingographie
sous radiologie standard

Le principe

Elle a pour but à mettre en évidence la cavité utérine et les trompes grâce à l’injection de produit de contraste par voie vaginale dans l’utérus.

Il permet de vérifier la perméabilité des trompes et de mettre en évidence des altérations de la cavité utérine.

Cet examen peut être fait en complément d’une échographie.

Avant l’examen

Vous devez apporter l’ordonnance de votre médecin, ainsi que les produits prescrits par le médecin radiologue lors de la prise de votre rendez-vous et les résultats des analyses demandées.

Il vous est conseillé de prendre des antispasmodiques avant l’examen : ce dernier n’est pas douloureux mais vous pourriez ressentir des crampes dans le bas du ventre.

Pour ce genre d’examen, il n’y a pas de préparation particulière sauf en cas d’allergie.

Il est indispensable que vous fassiez part à la secrétaire ou la manipulatrice de vos antécédents médicaux (traitements en cours, allergies…).

En cas de grossesse il est important de le signaler : cet examen est absolument contre indiqué.

Également en cas d’infection vaginale, il est impératif de le signaler dès votre accueil à la secrétaire.

De plus, cet examen est à faire en début de cycle. L’examen se réalise entre le 6ème et le 10ème jour du cycle.

Déroulement de l’examen

Vous serez accueillie par un manipulateur qui vous installera sur la table de radiologie, en position allongée sur le dos. Le radiologue commencera par réaliser une désinfection de la vulve puis un examen gynécologique.

Il introduira ensuite une petite sonde dans le vagin jusqu’à l’intérieur de l’utérus, puis injectera le produit de contraste. Les clichés radiographiques seront réalisés pendant cette injection lente par la manipulatrice.

Enfin, après une attente de vingt minutes, d’autres clichés appelés « clichés tardifs » finaliseront votre examen.

Conduite à tenir et surveillance

Il est très rare de rencontrer des risques liés à l’injection du produit de contraste.

Vous pouvez vous munir d’une protection périodique suite d’éventuelles pertes liées à l’examen.

Transit oeso-gastro
duodenal (TOGD)
sous radiologie standard

Le principe

C’est l’étude de l’appareil digestif haut après son opacification par ingestion d’un produit de contraste.

Il permet d’explorer l’œsophage, l’estomac et le duodénum (début de l’intestin grêle). Il a pour but de détecter des anomalies dans le tube digestif, telles que des tumeurs, des polypes, des diverticules ou encore des inflammations ou infections de la paroi.

Cet examen dure environ 20 min / des clichés sont réalisés régulièrement tout au long de l’absorption du produit.

Avant l’examen

Lors de la prise de RDV, la secrétaire vous délivrera une ordonnance pour le produit à vous procurer en pharmacie. Il sera à apporter le jour de votre examen.

Pour cet examen, il est nécessaire d’être à jeun 5H avant ; le TOGD est réalisé de préférence le matin.

Il est indispensable que vous fassiez part à la secrétaire ou la manipulatrice de vos antécédents médicaux (traitements en cours, allergies…).

En cas de grossesse il est important de le signaler : cet examen est absolument contre indiqué.

Déroulement de l’examen

Vous serez accueilli par une manipulatrice qui vous installera sur la table de radiologie.

Vous serez torse nu, en slip .

La manipulatrice vous donnera un gobelet avec le produit de contraste à boire pendant la prise des clichés.

Il est possible de réaliser des clichés également en position couchée.

Après l’examen, la manipulatrice vous invitera à patienter en cabine pour voir le radiologue : il vous communiquera les résultats à l’oral.

Vous serez ensuite invité à repasser par l’accueil pour finaliser votre dossier auprès de la secrétaire. Vous pourrez attendre vos résultats ou les reprendre plus tard selon votre choix.

Conduite à tenir et surveillance

Le produit de contraste ingéré peut provoquer une constipation transitoire ; il vous sera donc conseillé de boire 2L d’eau dans la journée de l’examen.

Des selles de couleur blanchâtre peuvent être observées liées à l’ingestion du produit pendant 24h à 48h.

14
médecins
radiologues

35
collaborateurs

8
centres